Danse classique Lola Botella: Directrice & Professeur de Danse

Illustration Lola Botella: Directrice & Professeur de Danse

Son parcours

Après avoir suivie une formation professionnelle en danse en 2005, Lola se dirige vers le professorat et obtient une Maîtrise en "Enseignement de la Danse" en 2010 puis son "Diplôme d’État" en Danse Classique au PNSD Rosella Hightower en 2012. Assoiffée de connaissance et de nouveautés, elle recherche des formations et des méthodes complémentaires à l'enseignement de la danse: Des "Barres Flexibles" de Wilfride Piollet au "Progressing Ballet Technique" de Marie Walton Mahon, elle obtient également un "Certificat d'enseignement de la danse pour les Séniors" ainsi que son Examen d'Aptitude Technique" en danse contemporaine en 2016. 

Souhaitant développer la formation continue pour les enseignants, elle développe un projet pédagogique en 2016, et crée en 2017 le CED: "Collectif Enseignement & Danse", en partenariat avec des professeurs du PNSD Rosella Hightower et d'anciens danseurs étoiles. L'objectif de ce collectif est de proposer aux professionnels de la danse des cours adaptés, des masters class, workshops, conférences, et autres ateliers leur permettant de partager et recycler leur savoir. La science évolue et la danse avec. Il reste donc primordial pour la santé des élèves et la qualité de l’enseignement des professeurs que de poursuivre une formation quotidienne. Question d’éthique, de devoir et de conscience professionnelle envers les élèves que de mettre à jour ces compétences.

En tant qu'enseignante, elle a travaillé en France et en Espagne où elle a notamment dirigé la section classique du centre de formation au danseur « El Magatzem » à Barcelone. Elle a enseigné dans plusieurs écoles avant de rejoindre le "Studio de la Danse de Mougins le Haut" (SDMH) en 2013 où elle devient directrice pédagogique en 2015 puis restructure l'école et crée, en 2017 l'école "Mougins en Danse". Depuis lors, Lola dirige l'école avec pour mot d'ordre "Rigueur et bonne humeur". Elle est en charge des cours de danse classique, d'éveil et initiation, de Lyrical, ainsi que du cursus Danse-Études au sein duquel elle prépare les jeunes désirant devenir professionnels.

Pourquoi enseigner ?

"L'enseignement a toujours été pour moi une évidence, contrairement à la scène où une sensation de vide succédait à l'euphorie et à la plénitude une fois le rideau baissé... Il me manquait quelque chose, tout simplement le rapport direct avec l'Autre. Donc après avoir terminé ma formation professionnelle de danseuse, je me suis dirigée vers l'enseignement : Rencontrer de nouvelles personnes, mener une réflexion permanente sur les corps des danseurs et remettre en question les diverses méthodes d'enseignement rythment depuis mon quotidien.

Biographie

Née à Aix-en-Provence, Lola débute sa formation en danse classique dans une école privée dirigée par Catherine Tamisier qui rapidement décèlera et attisera sa passion pour l'enseignement en lui transmettant les ficelles du métier. Malgré les conseils de son entourage à faire de la scène, elle s'accroche à sa passion pour l'enseignement : En 2002, elle intègre le parcours danse du Lycée Paul Cézanne qui collabore avec le Ballet Preljocaj. Pendant 3 ans, ce partenariat lui permettra non seulement de découvrir les richesses de la danse contemporaine mais aussi de suivre de près le travail du chorégraphe en assistant aux répétitions et en suivant les Master Class de la compagnie.

Parallèlement, elle poursuit sa formation en danse classique et contemporaine auprès de Jean-Charles Gilles, Emilio Calcagno, Cyril Atanassof et Carolina Moraes. Après l'obtention de son Bac Danse en 2005, elle décide de continuer ses études dans l'enseignement de la danse et intègre la filière Art Danse à l'UNSA de Nice où elle obtient une licence avec mention. Assoiffée de connaissance, elle se lance dans la recherche en danse sous de nouveaux horizons et quitte la France pour rejoindre en 2008 l' Institut del Teatre, CSD de de Barcelone. Elle y fait de nombreuses rencontres avec des chorégraphes et pédagogues de renommée internationale dont Rodolfo Castellanos, Guillermina Coll et Mathilde Van de Meerendonk.

Elle obtient le « Titulo superior de Danza » en 2009 et rédige les prémisses de son futur mémoire qui attirera l'attention de Natalia Viñas, professeur du CSD, et lui proposera de prendre en charge la section classique de son école El Magatzem en 2010. Pendant un an, Lola expérimentera une nouvelle méthode d'enseignement axée sur l'optimisation de la « barre » du danseur classique à travers un échauffement au milieu, sollicitant immédiatement la mobilité du centre et la stabilisation des appuis. En étroite collaboration avec la section contemporaine de l'école, elle développe et perfectionne cette technique sur les danseurs en formation pré-professionnelle.

Afin d'approfondir ses recherches sur les méthodes d'enseignement, elle retourne en France et reprend ses études à l'université en passant un Master en Enseignement de la Danse qui lui permettra de cristalliser ses idées à travers un mémoire : «La danse classique: Un nouveau souffle. Les méthodes d'enseignement face à l'instant contemporain : La transfiguration de la tradition». Ces années universitaires lui permettront surtout la rencontre avec Christophe Duveau-Villéger, pédagogue, penseur avant-gardiste et fondateur de la méthode aesthésique qui aura une grande influence sur sa vision pédagogique et artistique ; et qu'elle retrouvera quelques années plus tard. En parallèle, elle enseigne la danse classique dans diverses écoles de la région.

C'est en 2011 qu'elle décide de suivre la formation au diplôme d'état de professeur de danse à l'ESDC Rosella Hightower et qu'elle retrouve son maître à penser C. Duveau-Villéger qui sera son référant en pédagogie classique. Elle se formera aussi auprès de James Urbain et Paola Cantalupo, ainsi que Joëlle Boulogne et Dominique Lainé, et en juin 2012 elle obtient son D.E de professeur de danse classique, première de sa promotion.
Elle entretient des liens étroits avec l'ESDC et ses professeurs et devient assistante à la coordination pédagogique et artistique de l'école sur les auditions d'entrée en cycle danse-études, et profite de son poste pour enrichir ses connaissances pédagogiques auprès des plus grands pédagogues intervenant au sein du PNSD Rosella Hightower.

Quatre ans plus tard, afin d'enrichir sa pédagogie classique, elle prépare l'Examen d'Aptitude Technique en Danse Contemporaine qu'elle obtient en avril 2016. Au moment de s'inscrire à la formation au Diplôme d'Etat, la possibilité de créer sa propre école s'offre à elle, suite à quoi elle met entre parenthèse son projet en Contemporain le temps de concrétiser ce projet professionnel. En 2017 elle créée Mougins en Danse, où elle y enseigne la danse classique dans la rigueur et la bonne humeur qui la caractérise!

La passion de partager ...

Un loisir, une passion, un futur métier ? Avant tout un moment de partage...
L'enseignement ne se limite pas à la transmission de connaissances, c'est un don de soi et un partage exhaustif avec l'Autre. Il y a plusieurs manières de vivre et de partager la danse, et l'enseignement en est pour moi l'apothéose : Savoir, savoir être, savoir faire et savoir devenir... Expliquer, écouter, accompagner, encourager... Tous les sens sont aux aguets et en tant que pédagogue, on se doit de tout mettre en œuvre à travers une franche authenticité pour emmener le danseur, qu'il soit amateur ou professionnel, à jouir de son art en repoussant ses limites...

Danse & Écriture

La danse a plusieurs visages et façons d'être abordée: On peut contempler la beauté des corps en mouvement , découvrir la complexité de son fonctionnement anatomique, s'interroger sur son histoire et son évolution, repousser les limites de sa gestuelle dans la création, rechercher à se rapprocher de la perfection du geste dansé, ou encore, transmettre et partager cet Art qui nous passionne ...

Tel un prisme, l'unicité de la danse révèle une multitude de facettes qu'on ne peut s'empêcher d’appréhender sous toutes ses coutures... Quête de savoir et d'expérience que j'entretiens depuis ma plus tendre enfance avec cet Art inépuisable. De la pratique à l'enseignement en passant par la création, j'ai toujours refusé de sacrifier un de ses aspects car ils sont tous interactifs : On ne peut pas comprendre la danse sans la vivre, et on ne peut pas la vivre sans la ressentir ; et comme disait Nietzsche : 

« Danses avec les pieds, avec les idées, avec les mots, et dois-je aussi ajouter que l'on doit être capable de danser avec la plume ? »

Quand la danse est en nous et que nous sommes dans la danse, c'est un besoin irrépressible de s'exprimer et de communiquer avec le monde qui nous envahit. Depuis les travaux de Merhabian dans les années 70, on sait que 70% de la communication est non verbale et que celle-ci se transmet par le corps... Dans les 30% restants, il y a les mots, qu'ils soient lus, parlés, écrits. 

Donc pour vivre pleinement la danse il faut certes de la pratique, mais aussi de la théorie: «La danse donc oscille, comme un pendule, de droite à gauche, de la sensation à l'action en passant par la réflexion ; ce sont là les 3 éléments dont elle est faite, en somme». Je plagie Schopenhauer? Oui mais quoi de plus jouissif que de métamorphoser le sens de l'idée et de transcender les pensées?! La danse est et demeure un sujet d'étude inépuisable. Parce qu'elle est la vie et qu'elle met en scène l'Homme, ou parce que l'Homme est à travers le mouvement, parce que les corps changent mais paradoxalement demeurent, parce que tout évolue et s'altère... Pourquoi devrions-nous nous cantonner à une tradition et à des règles qui ne peuvent qu'être abolies? Questionnons la danse...

Projet Photo / Danse

Un refuge pour la pensée de Nietzsche, une toile à contempler pour Matisse, ou une histoire à raconter pour Romain Gary ; la ville de Nice a depuis toujours inspiré les plus grands artistes. Pourtant, ne ressentons nous pas un paradoxe dès lors que nous parlons d’urbain et d’Art autrement qu’au sens du « brut » du « Street Art » ?
En fusionnant nos arts, nous avons recherché à révéler la beauté de Nice en revisitant ses lieux mythiques et en questionnant la dimension poétique de l'univers citadin. En troquant les planches de bois d'un studio pour les pierres d'un monument historique et pour le béton de la rue, la danseuse révèle l'essence même de chaque lieu.
A la lecture des images, il apparaît que la cité comme la danseuse revêtent toutes les deux, une dimension artistique, créatrice… S’il était besoin de le démontrer : l’Art est bien partout… Pour citer Matisse, « il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir »… Le mouvement de la danseuse, figé par l’image, en traduit néanmoins la Vie et mêle la discipline de la danse à celle de la photographie. Sa tenue, d’un péplos blanc rappelant la Grèce antique à un costume noir très actuel, en passant par le classique tutu, nous fait voyager à travers les époques ; au contraire des lieux qui, eux, restent, eux … Du mouvement à la pose et de l'éphémère à l’éternel, la danse et la photographie nous révèlent harmonieusement la quintessence de la vie.

D’ici danse !...Dissidence…

Dans le cadre de nos voyages, nous avons cherché à renforcer l’alliage entre la danse, la photographie et la nature. Le titre de notre projet est à la fois un appel à être attentif à la beauté du monde en même temps qu’un défi lancé à notre modèle et à chacun d’entre nous : Danse un peu si tu l’oses, sois toi-même, vis ! Car n’oublions jamais un des rôles fondamentaux de l’Art : nous faire sentir vivants. Se questionner, interroger le réel, détourner nos pensées mais avant tout exister. Alors autorisons nous à l’être, soyons vivants, soyons pensants, soyons libres. Malgré ses paradoxes et ses déchirures, le Monde porte en lui la beauté de l’éternel et l’esthétique de l’Art.